théâtre à l'envers

Il ne s´agit pas de mettre le monde en boîte. Plutôt d'ouvrir grandes les portes et fenêtres pour faire entrer tout l'air du monde dans cette maison qu'est le théâtre à l'envers. Ici, chaque spectateur est un invité, un privilégié, accueilli dès le vestibule de cette étrange assemblée convoquée. Individu de chair et d'âme, il pénètre ensuite les différentes pièces, pour se confronter au miroir de sa propre intimité.
Aujourd'hui, l'édifice se structure et dévoile sa singularité. Celle d'un théâtre charpenté de diverses formes artistiques et dont les fondations se situent aux confins de territoires marqués autant par les arts vivants que les arts plastiques. 

Créé en 1998, théâtre à l'envers profite de ses premières années de fonctionnement en totale autonomie pour affirmer les cadres de son investissement, avec d'abord, un désir profond de faire naître des sensations et de raconter des histoires. Au cœur de l'interrogation : la place du spectateur dans l'espace théâtral. En 2000, une première « boîte » est créé (Là. Installation vivante pour spectateur unique), qui devient aussitôt le lieu privilégié d'occupation de l'espace intime et géographique. Cadre de jeu clos, micro plateau mis en abyme, scène modulaire et réflexive où le spectateur devient acteur de son propre ressenti... Détournée, déformée, agrandie ou démultipliée, la petite forme originale est devenue depuis la trame formelle des créations à venir. Oeuvres pénétrables, oeuvres de plateau (dans un rapport plus ou moins frontal), interventions scénographiques pour des événementiels détournés... l'humain et ses troubles, l'intimité, le regard, la proximité, la liberté, l'éphémère, le trouble, le jeu sur les rêves et les frontières, le silence, la force des mots, ne cessent d'investir les créations de théâtre à l'envers et de transformer notre propre espace imaginaire. 

Aujourd'hui, cette architecture se remplit et s'anime de formes, de pièces aux confluences entre arts plastiques et arts vivants : théâtre sensoriel, performances, poésie, musiques actuelles et/classiques/expérimentales. Privilégiant les dramaturgies non textuelles, les créations sont des expérimentations du temps, de l'espace et de la relation acteurs/spectateurs. Les créations sont des installations vivantes qui viennent troubler l'espace de la représentation.